Comment le stress impact votre projet d’enfant

Chères mamans et futures mamans,

Imaginez un océan calme et serein. Chaque vague qui déferle sur le rivage symbolise un moment de votre parcours vers la maternité. Parfois, ce même océan peut devenir tumultueux et agité, reflétant les moments de stress et d’anxiété que vous pouvez rencontrer.

Le stress, tel une tempête, peut perturber cette mer tranquille et impacter profondément votre désir d’enfant, votre grossesse, votre accouchement, et même votre période post-partum. Vous n’êtes pas seule à ressentir cela. Beaucoup de femmes traversent ces vagues émotionnelles.

Mais comment ces turbulences influencent-elles vraiment votre expérience de la maternité ?
Quels effets ont-elles sur votre bien-être et celui de votre bébé ?

Dans cet article, nous allons explorer ces questions. Nous aborderons les répercussions du stress à chaque étape clé de la maternité, afin de mieux comprendre cette réalité souvent méconnue.

Poursuivez votre lecture pour découvrir comment le stress impact votre projet d’enfant.

Comment le stress impact votre projet d'enfant
Photo de Ron Lach : pexels.com

Les méfaits du stress dans votre vie

Chacune de nous a connu une ou plusieurs périodes de stress dans sa vie. Ce phénomène particulièrement utile pour notre adaptation, est source de tensions dans nos sociétés modernes. Son impact est multiple et peut avoir des répercussions profondes sur notre corps et notre esprit. Il est essentiel de comprendre ces effets pour mieux les reconnaître et les gérer. Mon but avec cet article n’est pas d’aborder le stress d’une manière générale mais en lien avec votre réalité de maman et de future maman. Toutefois, prendre conscience des impacts du stress peut déjà vous alerter sur les risques possibles lors de votre maternité. Voici un aperçu des principaux méfaits du stress :

Impact sur le système cardiovasculaire

Le stress chronique peut entraîner une augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle, ce qui peut à terme fatiguer votre cœur et augmenter votre coagulation sanguine. À long terme, cela peut accroître le risque de maladies cardiovasculaires, telles que les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

Affaiblissement du système immunitaire

Le stress prolongé peut aussi affaiblir le système immunitaire, rendant le corps plus vulnérable aux infections et aux maladies. Les hormones du stress, comme le cortisol, peuvent inhiber la production de globules blancs, essentiels pour combattre les infections.

« Nous avons confirmé expérimentalement que les hormones du stress qui se lient aux récepteurs β2-adrénergiques réduisent la réponse immunitaire et que cela passe par une diminution de la production de certaines cytokines inflammatoires, requises pour l’élimination des virus. »

Sophie Ugolini – directrice de recherche Inserm au Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy

Problèmes digestifs

Le stress peut affecter le système digestif de diverses manières, provoquant des troubles tels que le syndrome du côlon irritable, les ulcères gastriques, et les reflux gastro-œsophagiens. Le stress peut également perturber l’appétit, menant à des troubles alimentaires.

Troubles du sommeil

L’anxiété et le stress peuvent interférer avec votre sommeil, causant des insomnies ou des troubles du sommeil. Le manque de sommeil régulier peut à son tour exacerber les niveaux de stress, créant un cercle vicieux.

Problèmes de santé mentale

Le stress chronique est fortement lié à des problèmes de santé mentale tels que l’anxiété, la dépression, et les troubles de l’humeur. Le stress peut affecter la chimie du cerveau, perturbant les neurotransmetteurs responsables de la régulation de l’humeur.

Répercussions sur la peau

Le stress peut également se manifester par des problèmes cutanés, tels que l’acné, l’eczéma et le psoriasis. Le corps réagit souvent au stress par des inflammations, qui peuvent aggraver les conditions dermatologiques.

Diminution de la qualité de vie

Le stress constant peut diminuer la qualité de vie en affectant vos relations personnelles et professionnelles. Il peut entraîner une irritabilité accrue, une diminution de la concentration et une perte de motivation.

Douleurs chroniques

Le stress peut se manifester physiquement par des douleurs chroniques, notamment des maux de tête, des douleurs musculaires et des douleurs articulaires. Les tensions musculaires causées par le stress peuvent devenir persistantes et gênantes.

Comprendre les méfaits du stress est la première étape pour reconnaître l’importance de le gérer. Maintenant, explorons ensemble comment le stress peut spécifiquement affecter la maternité, du désir d’enfant au post-partum.

Le stress et le post-partum
Photo de RDNE Stock project : pexels.com

L’impact du stress sur votre projet d’enfant

Comment le stress impact votre désir d’enfant

Le stress agit sur nous comme du poison. Il contamine notre biochimie à notre insu. C’est pourquoi, votre désir d’enfant peut être profondément influencé par le stress. Des études ont montré que des niveaux élevés de stress peuvent perturber les cycles de fertilité et réduire les chances de conception. Par exemple, une étude publiée dans « Fertility and Sterility » a démontré que les femmes ayant des niveaux élevés de cortisol avaient moins de chances de concevoir.

Les résultats, parus dans Annals of Epidemiology en septembre 2016, confirment une association entre augmentation du stress en période pré-ovulatoire ou ovulatoire, et une diminution sensible des chances de conception (-27 à – 46 %).
 

https://www.vidal.fr/

Comment le stress impact votre grossesse

Pendant la grossesse, le stress peut affecter votre santé et celle de votre bébé. Bien que le stress prénatal soit naturel, une exposition intense peut avoir des effets négatifs. Heureusement, ces angoisses n’ont souvent pas de conséquences graves sur le nourrisson, mais il est important de les limiter. Le stress chronique peut augmenter vos niveaux de cortisol, ce qui peut :

  • affecter le développement du fœtus,
  • accroître le risque de prématurité
  • accroître le risque d’un faible poids à la naissance.

Les risques ne s’arrêtent pas au développement intra-utérin. Une étude a suivi 10 000 femmes pendant leur grossesse et leurs enfants jusqu’à l’âge de 6 ans et demi. Les chercheurs ont mesuré le stress et l’anxiété des mamans avant et après la naissance, puis ont évalué le comportement des enfants, en se concentrant sur l’inattention, l’hyperactivité et les problèmes émotionnels. La plupart des enfants allaient bien, mais ceux dont les mères avaient été très stressées en fin de grossesse présentaient plus de problèmes à 6 ans. Cet effet, observé dès l’âge de 4 ans, montre que l’impact est durable. Le stress maternel élevé peut passer au fœtus via le cortisol, influençant le développement cérébral.

Les répercussions du stress pendant la grossesse sont donc claires et durables. De plus, votre niveau de stress et d’anxiété peut également influencer l’accouchement, avec des conséquences pour vous et votre bébé. Soyez bienveillante avec vous-même et prenez soin de votre bien-être pour naviguer cette période avec sérénité.

Comment le stress impact l’accouchement

Vous en conviendrez, l’accouchement est souvent vu comme une épreuve douloureuse. Les récits traumatisants de l’entourage et les termes médicaux comme forceps ou césarienne renforcent cette perception. Cette peur apparaît dès l’annonce de la grossesse et persiste durant les 9 mois, laissant place aux pires scénarios. La crainte d’accoucher est ancestrale et universelle, même si le risque de mortalité en couches a disparu dans les sociétés occidentales. La peur peut affecter la santé de votre fœtus et la vôtre.

Ainsi l’accouchement peut être une source majeure de stress et d’anxiété. La peur de l’accouchement, connue sous le nom de tocophobie, peut rendre l’expérience encore plus difficile et augmenter le risque de complications. Une étude parue dans « BJOG : An International Journal of Obstetrics & Gynaecology » a trouvé que les femmes très anxieuses avaient des accouchements plus longs et plus compliqués. Un taux de stress élevé peut aussi conduire à un accouchement prématuré.

Lorsque le stress devient trop intense, il peut entraîner des complications obstétricales telles que des contractions utérines, une tachycardie ou une hypertension artérielle.

Bien sûr les sources de stress sont multiples et chacune de nous peut se sentir concernée par ce phénomène. La maternité pour votre bien-être et celui du bébé est donc une période particulièrement propice pour devenir attentive à ses méfaits.

Comment le stress impact le post-partum

Le post-partum est une période de grands changements qui peut être très stressante. De nombreux défis sont à surmonter. Il peut s’agir des changements hormonaux, du manque de sommeil et mais aussi des nouvelles responsabilités. Le stress post-partum peut aussi conduire à une situation plus alarmante : la dépression. Dans cet environnement particulier, il est essentiel de reconnaître les signes de stress et de dépression et de chercher de l’aide si nécessaire.
Dans ces moments, vous pouvez :

  • ressentir l’envie de pleurer souvent,
  • avoir des sautes d’humeur, de l’irritabilité,
  • vous sentir dépassée par la situation,
  • perdre vos repères et votre confiance en vous.

Ce moment délicat peut durer quelques heures ou quelques jours. Restez attentives et si cet inconfort persiste parlez en à votre médecin ou à votre sage-femme.

Le stress et ses méfaits sur votre projet d'enfant
Photo de Kristina Paukshtite : pexels.com

La sophrologie pour apprivoiser votre stress

La sophrologie ne se limite pas à des techniques de relaxation pour réduire votre stress, même-si cela peut être très utile dans un premier temps. Le sophrologue, même s’il vous informe sur ce qui peut vous être bénéfique, ne vous donne pas non plus de conseils. Des prescriptions externes, sans tenir compte de vos prises de conscience et de vos aspirations, seraient infantilisantes et nuiraient à votre développement. Pour le sophrologue, il est essentiel de considérer la personne que vous êtes actuellement, avec vos besoins spécifiques et vos désirs à ce moment de votre vie.

Stress = symptômes d’une difficulté d’adaptation

La vie nous demande en permanence de nous ajuster, de composer et d’interagir. Nous le faisons la plupart du temps très bien. Cependant, il nous arrive de nous sentir inefficaces, limitées et dépassées. Dans ces moments des symptômes apparaissent car nous avons des difficultés à nous adapter. Et c’est cela que nous appelons le « Stress ».

Qu’apporte la sophrologie dans votre projet d’enfant

La sophrologie vous aide à restaurer votre confiance en vous et en la vie.
Avec du soutien, chacun peut se transformer et voir la vie sous un nouvel angle. Les échecs peuvent offrir des leçons précieuses. Vous pouvez libérer vos peurs avant l’arrivée de votre bébé. Certaines femmes doivent d’abord accoucher d’elles-mêmes avant de mettre au monde leur enfant. La sophrologie propose un travail spécifique pour relâcher les tensions et atteindre une relaxation. Ce terme de « relaxe » signifie bien une libération, une sortie de ce qui était retenu.
Le sophrologue ne fait pas de promesses, mais il vous incite à pratiquer régulièrement pour vous apporter équilibre, apaisement et nouvelles créations. Celles-ci peuvent prendre des formes diverses comme l’écriture d’un livre, la modélisation d’une sculpture ou une promotion professionnelle. Ces créations peuvent être vues, aussi, comme la naissance d’un « enfant ».
Enfin, le sophrologue vous aide à vous libérer des attentes sociales qui dictent qu’avoir un garçon et une fille est nécessaire pour être heureux. Prendre aussi conscience qu’avoir un enfant n’élimine pas la solitude, la déception ou la dépression. Quelques séances de sophrologie peuvent vous aider à accepter les faits et à surmonter votre souffrance.

« Vouloir, demander, désirer et faire un enfant, ce n’est pas la même chose. »

Claude Revault d’Allonnes, psychologue clinicienne

Prendre soin de votre stress pour accueillir la vie

Dans cette traversée vers la maternité, chaque vague de stress peut agiter votre océan intérieur. Mais rappelez-vous, même les tempêtes les plus tumultueuses peuvent être apaisées. En prenant conscience des impacts du stress sur votre projet d’enfant, vous avez déjà franchi une première étape essentielle.

Imaginez un océan calme après la tempête, reflétant un horizon serein où votre bien-être et celui de votre bébé sont prioritaires. Prendre en charge votre stress n’est pas seulement bénéfique, c’est essentiel. C’est choisir de naviguer vers une maternité plus sereine et épanouissante.

Avec chaque effort pour gérer votre stress, vous créez un environnement propice à la fertilité, à une grossesse harmonieuse et à un accouchement plus serein. Prenez soin de vous, en prenant soin de ce précieux océan intérieur. Vous méritez cette quiétude et cette confiance pour accueillir votre enfant dans les meilleures conditions possibles.

Avec bienveillance,

Sandrine

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)

Laisser un commentaire

Retour en haut